S’émanciper grâce à l’apprentissage

Mes articles de blog sont des réflexions autour de divers sujets qui m’intéressent. Ces sujets, je les creusent au fils de mes lectures. C’est articles peuvent évoluer en fonction de mes découvertes et réflexions, je t’invite à les lire avec un esprit critique. Je suis ouverte à échanger avec toi pour approfondir ces sujets.


L’apprentissage est un sujet qui t’inquiète en tant que parent ? Tu as peur que ton enfant ne réussisse pas ses études et qu’il ne puisse pas avoir le métier qu’il souhaite ?

Tu as peut-être l’impression que ton ado n’a plus envie d’apprendre?

Comment apprendre de façon efficace? Comment remotiver mon ado à apprendre ? Cet article t’apportera quelques éléments de réponses.

Je vais te faire part ici de ce qui ressort de mes différentes lectures, ou recherche sur ce sujet. Et je te proposerais des pistes de réflexion à la fin de cet article.

Qu’est-ce que l’apprentissage ?

« L’apprentissage désigne un processus qui va modifier un comportement ultérieur. L’apprentissage est un processus permettant de conserver des informations acquises, des états affectifs et des impressions capables d’influencer le comportement. L’apprentissage est la principale activité du cerveau, c’est-à-dire modifier constamment sa structure pour mieux refléter les expériences rencontrées. » Définition tirée du site https://lecerveau.mcgill.ca/

Qu’est ce qui nous pousse à apprendre?

1 – Un élément essentiel à l’envie d’apprendre est la motivation.

La motivation est déterminée par plusieurs facteurs :

  • Intrinsèques : on va apprendre quelque chose car cela nous intéresse ou nous apporte du plaisir, un bien-être. On le fait pour nous. On ne le fait pas dans le but d’une récompense.
  • Extrinsèques : on va réaliser l’activité, le travail pour des raisons externes, par exemple afin d’obtenir une récompense ou dans le but d’éviter une sanction ou quelque chose que l’on ne souhaite pas si l’activité ou le travail n’est pas réalisé.

Ces facteurs vont pousser l’individu à agir, ils vont nous donner l’envie d’en savoir plus.

2- Apprendre pour s’émanciper

Et si on apprenait pour s’émanciper?

Ici, je définis l’émancipation comme l’action de s’affranchir d’un lien, d’une dépendance, d’une autorité, de préjugés. A n’importe quel moment de notre vie on désire apprendre, grandir, on espère maîtriser et on désire créer. On apprend pour atteindre une nouvelle place, fonction ou autre qui sera plus en accord avec nos aspirations, valeurs ou ambitions. Et nous définissons nous-même cette place pour s’émanciper. L’émancipation est un processus qui se fait seul avec des étapes d’apprentissages qui peuvent être accompagnées par autrui.

Dans quelles conditions, apprenons-nous mieux ?

Dans un environnement non stressant? Calme? Quand les cours sont structurés? Illustrés? Lorsque le formateur est bienveillant? Critique? Est-ce qu’on apprend mieux seule ou en groupe?

Ici, je ne vais pas te parler de styles d’apprentissages qui permettraient d’apprendre plus efficacement car je n’aime pas classer les personnes dans une case, un style… Si tu veux en savoir plus, j’en ai parlé dans ce post : https://www.facebook.com/AilesdePaon/posts/204130714301799

J’ai choisi de me concentrer sur la relation entre l’apprenant et l’enseignant.

Carl R.Rogers, psychothérapeute, a eu envie de rapprocher ses hypothèses de thérapie « centrée sur la personne » au domaine de l’enseignement. Il précise qu’il s’agit de son point de vue et qu’il y a peu de recherches sur un type d’enseignement centré sur l’étudiant. Ces études sont loin d’être adéquates même si une d’entre-elles (1) montre une meilleure responsabilité des élèves, une meilleure créativité et une meilleure acquisition autonome de connaissances hors programme. Il note également que les résultats diffèrent selon le but pédagogique que nous nous fixons : Est-ce l’acquisition du savoir ou un enseignement qui favorise l’originalité, l’autonomie et l’acquisition personnelle des connaissances?

Voici ce qui ressort de mes réflexions et qui m’a paru intéressant de mettre en avant dans le but d’un apprentissage qui favorise l’émancipation :

Un apprentissage est efficace et authentique lorsque :

  • On permet à l’individu de pointer les problèmes qu’il rencontrent afin d’identifier ceux qu’il désire résoudre.
  • Le formateur est congruent c’est à dire qu’il est présent pour l’apprenant et il est véritablement lui même. Dans ce cas, le pédagogue accorde plus d’importance à la relation que le fait de traiter l’ensemble du programme par exemple.
  • L’enseignant accepte et comprend les problèmes de l’élève.
  • On met à disposition des ressources que l’on peut utiliser comme chacun le souhaite pour répondre à nos problèmes initiaux.
  • On fait confiance à l’apprenant pour apprendre et s’émanciper.

J’ai utilisé ici différents mots (formateur, enseignant, pédagogue…) pour qualifier la personne qui propose un apprentissage. J’aurais pu aussi utiliser des mots comme parents, accompagnants … car selon moi on apprend aussi en dehors de l’école. Juste pour te dire que ces réflexions peuvent être amenées dans toute situation d’apprentissage.

Qu’en penses-tu ?

Aujourd’hui, on peut apprendre sur de multiples supports (podcast, livres, vidéo, conférences…). Libre à chacun de choisir ce qui lui convient le mieux et de les varier s’il le souhaite. Et grâce à un internet, nous avons à notre disposition toutes les informations que l’on souhaitent.

Je vois plus le formateur comme un accompagnant qui peut développer l’esprit critique de la personne, qui l’aide à se fixer des objectifs atteignables, … que comme quelqu’un qui délivre un savoir à apprendre. Le fait de transmettre et partager nos connaissances va nous permettre d’ancrer nos apprentissages et de rester ouvert et curieux aux remarques sur le sujet.

Une relation de confiance peut permettre à l’ado d’exprimer les problèmes qu’il rencontrent et choisir les problèmes qu’il souhaitent résoudre.

J’espère que cet article aura suscité une réflexion. Je suis ouverte à la discussion et tu peux partager tes ressentis afin d’étoffer cet article.

Pistes de réflexion :

Devons nous orienter les ados au savoir que nous avons organisé pour lui?

Peut-on faire confiance à l’adolescent pour organiser son apprentissage de manière cohérente?

Quels sens peuvent trouver les ados dans leurs apprentissages pour rester motivés et s’émanciper?

Sources :

Livre « Le développement de l’adolescent » de Christine Cannard, publié chez De Boeck (2015)

Livre « Le développement de la personne » – Carl R.Rogers – Dunod – 2005

(1) Jackson J.H – « The relationship between psychological climate and the qualitty of learning outcomes among lower-status pupils » Thèse de doctorat inédite, université de Chicago, 1957

L’émancipation au risque de la bienveillance – Jean françois Marcel https://journals.openedition.org/questionsvives/3526

Photos : Unsplash.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *